Cohabitation entre cyclistes, trottinettes et piétons

Mis à jour : févr. 12

L'appréhension augmente du côté des piétons


De plus en plus de personnes enfourchent le vélo pour se déplacer en ville aujourd'hui. La majorité des villes françaises n'étant pas correctement aménagées pour ce type de déplacement, la cohabitation entre cyclistes et piétons est parfois difficile, entrainant des remarques, des conflits, une augmentation de l'appréhension de certains piétons à se déplacer en centre ville.


La cause de cet appréhension, les cyclistes qui roulent à toute allure sur les espaces partagés et les espaces dédiés aux piétons tels que les trottoirs. Aux cyclistes viennent s'ajouter les utilisateurs de la trottinette, slalomant à toute vitesse entre les passants. Pourtant les cyclistes n'ont pas le droit de rouler sur les trottoirs, sauf pour les enfants de moins de 8 ans, sous peine d'amande. Cette réglementation sera également effective pour les trottinettes dès septembre.


Mais malgré l'interdiction cette mauvaise pratique demeure, inutile d'houspiller chaque cycliste, chaque trottinettiste (ce terme n'existe pas) qui passe. Il faut surtout comprendre pourquoi ils le font, et les simples. C'est plus pratique et plus sûr. Les pistes ou bandes cyclables ne sont pas assez nombreuses, ne sont pas forcément sécurisées, entrainent parfois de longs détours alors que le but du déplacement à vélo en ville est d'être rapide. En permettant aux cyclistes et trottinettistes (il faut bien leur trouver un nom) de se déplacer en toute sécurité sans détour sur la chaussée, leur nombre sur les espaces dédiés aux piétons diminuerait réellement. La cohabitation en serait facilitée et tout le monde serait content

.

La répression sans solution concrète ne fonctionne pas, des aménagements efficaces sont nécessaires.


Bonne balade !

 

Créé avec Wix.com