top of page
  • Emilie Reboul

L'économie du vélo

"Le vélo ça ne rapporte rien à la France", ou encore "le vélo c'est un truc de bobo", ou aussi "ils sont bien mignons avec leur vélo, mais moi je bosse". J'ai déjà entendu ces phrases, qui revient à dire que le vélo ne rapporte rien sur le plan économique. Soit, personnellement je ne suis pas d'accord et voici quelques chiffres pour remettre en perspectives l'intérêt du vélo sur l'économie française.


Des retombées financières positives pour le vélo

Selon l'Observatoire du cycle, le marché du cycle français représentait en 2021 3,4 milliards d'euros, pas mal pour du vélo ! Loin derrière le marché automobile c'est certain. Mais peut-on réellement comparer un véhicule qui coute de quelques centaines d'euros à quelques petits milliers d'euros, pour les vélos les plus haut de gamme et/ou à assistance électrique, à des véhicules coutant quelques milliers à plusieurs dizaines de milliers d'euros, voire centaine pout les voiture les plus haut de gamme et exclusives. Pour moi, le comparo n'est pas très honnête.

Au delà du commerce des cycles, l'économie globale du vélo, c'est 30 milliards d'euros de retombées économique en 2019*, aujourd'hui ce chiffre devrait être bien plus élevé et c'est une excellente nouvelle ! Ces retombées sont notamment bénéfiques aux collectivités, justifiant leurs investissements en matière d'infrastructure cyclable et aussi au tourisme, la France étant la deuxième destination mondiale pour le tourisme à vélo.

Illustration de l'économie du vélo en France : la chouette à vélo
Économie du vélo en France


* Selon le rapport des états généraux de la filière économique du vélo.




Le vélo, créateur d'emploi

Même si la plupart des vélos sont toujours construits en Asie, la filière recrute de plus en plus en France, comme l'atteste notamment une des plateforme d'emploi spécialisés dans le vélo le job vélo. Le vélo recrute dans plusieurs secteurs, concernant la production on sent une réelle volonté de réindustrialiser la France pour le vélo, les fabricants historiques comme la Manufacture Française du Cycle en Pays de la Loire, sont de plus en plus rejoint par des marques plus récentes comme Kiffy par exemple. Il est d'ailleurs intéressant de relever qu'en terme d'entreprise, l'industrie et le commerce de cycle regroupe 2 ETI, 58 PME et près 60 artisans en 2021.

En 2019, près de 78000 personnes vivaient du vélo, aujourd'hui ce chiffre devrait sans doute être revu à la hausse avec l'apparition des nouvelles marques et des nouveaux services associés.

Au-delà des emplois classiques associés au vélo, de nouveaux emplois ont émergés, entre autres celui de cyclo-logisticien. On les voit de plus en plus dans nos villes avec leur vélo cargo couplé à une remorque, chargé de cartons, de caisses, de mobiliers pour certains. C'est un métier d'avenir, prendre le relais des poids lourds dans le cœur des villes devient une nécessité, notamment à cause de l'apparition des ZFE (zones à faible émission). D'ailleurs une fédération des professionnels de la cyclo-logistique s'est récemment crée.


Le vélo est encore là pour un bon moment, n'en déplaise à certains.

bottom of page