• Emilie Reboul

Retour sur le salon Autonomy : la mobilité du future

Les 16 et 17 mars 2022 s’est tenu le salon international Autonomy à Paris. Ce salon met en lumière les mobilités urbaines de demain, cela va de la flotte de vélos et trottinettes hyper connectés aux transports en commun autonomes. Le tout, à destination des collectivités et des entreprises.


salon autonomy ; Paris ; mobilité de demain ; mobilité du future
Salon Autonomy à Paris, la mobilité de demain

Bilan mitigé

J'ai navigué dans ce salon de la mobilité urbaine durant deux jours, assisté à plusieurs conférence. Résultat des comptes, je suis perplexe. J'y ai vu des solutions de mobilité incroyable, certes. Mais avant que la plupart d'entre elles soient réellement déployer, il faudra attendre quelques temps, quelques années même ! Et le temps concernant notre besoin de changement de paradigme à propos de notre mobilité, clairement on n'en a plus. Il est urgent de changer notre façon de nous déplacer. Est-ce qu'une énorme flotte de vélos ultra connectés est la solution ? Est-ce que des mini bus, totalement autonome et électrique est la solution ? Personnellement, je n'en suis pas sûre.


De l'ambition pour la mobilité du futur

Malgré ce bilan mitigé, je vois que l'ambition pour une mobilité du future plus durable, sur les plans écologique et social, est bien présente. Et ça, ça fait plaisir. Du côté des apporteurs de solution, il y a une véritable volonté de proposer des outils de déplacement efficaces pour les trajets les plus courts, qui répondent aux contraintes de chacun des acteurs, à la fois les collectivités et les usagers. Au-delà des fabricants et distributeurs de vélos et trottinettes, il y avait également une pléthore d'entreprises autour de cet écosystème. Des entreprises spécialisé dans la data, dans la batterie, dans l'équipement de l'usager, dans la formation, dans la cyclo-logistique. Je peux en citer quelques-une :

Flotte

Équipement

Cyclo-logistique

La ville à 15 min

Paris, la ville à 15 min, est prise comme exemple lors de ce salon. En effet, la capitale permet de se déplacer d'un point A à un point B assez rapidement, grâce ses nombreuses solutions efficaces de déplacement. Le métro, le bus, le rer, le vélib, les vélos et trottinettes partagés, la marche à pied. Paris peut mieux faire, bien sûr, mais il est quand même important de noter tous les efforts de la ville. Et ça fonctionne dans l'ensemble pas trop mal, si on ou oublie les interminables bouchons du périphérique.

La ville à 15 min est un modèle à mettre en avant. Et pour ce faire un maillage de transport, motorisé et non motorisé, efficace est nécessaire.


Conclusion

La mobilité du future a de l'avenir, que ce soit au niveau des apporteurs de solution, des collectivités, des usagers et au sens plus large, de la société. Nous avons globalement compris qu'il faut changer, cependant, nous n'avons pas tous les mêmes attentes, les mêmes contraintes, les mêmes priorités.

Ce salon reste, pour moi, un peu trop futuriste, trop technologique, trop centré sur la data. Il manque de pratico-pratique, il manque de sensibilisation à la mobilité durable, et les vrais questions (concernant la sécurité et le vol, gros points noirs de la mobilité durable en ville) n'ont pas eu de réelles réponses.

Il faut toutefois rester optimiste, ça avance !